Les accidents du travail au restaurant, représentent un coût humain et financier important. La profession est la première contributrice en matière d’accidents du travail, tous secteurs confondus. Au cours de la formation permis d’exploitation nous voyons quels sont les risques et comment les prévenir. Cela grâce à la présentation du document unique évaluation des risques (DUER) en restauration. duer en restauration

La profession de restauration est le premier secteur pour le nombre d’accidents du travail.

En effet, les accidents sont composés de chutes de plain-pied (36%), coupures (12%) et autres accidents (traumatismes musculo-squelettiques).
Le coût direct des accidents du travail en restauration en 2014 varie de 300 à 25 000 € pour les accidents courants. Pour les accidents graves (avec incapacité permanente ou décès), il est de 2 000 à 340 000 €.

Ce coût humain et économique a donc conduit les responsables à mettre en œuvre des politiques de prévention. Le DUER en restauration s’inscrit dans ce cadre.

Un restaurateur, un exploitant hôtelier ont tout intérêt à éviter de voir leur responsabilité engagée. Que ce soit en cas de chute grave d’un cuisinier suite à une glissade ou de maladie d’un personnel de service suite à l’usage répété de pratiques non conformes (produits d’entretiens, port de charges ou geste répétitifs).

L’employeur sait que ses initiatives pour prévenir les risques auront un impact direct sur le climat d’entreprise et la motivation des salariés.  Il limitera aussi les coûts consécutifs aux remplacements, à l’absentéisme et à l’augmentation du taux d’accidents calculé par l’URSSAF.

Depuis le décret du 5/11/2001, tout employeur doit procéder à une analyse des risques et envisager les solutions de prévention. Cette démarche débouche sur l’établissement d’un document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP), le DUER en restauration. Professionnels et institutions publiques ont créé des guides d’élaboration du DUER en restauration.
Suite à cette analyse, il convient de mettre en place une stratégie de lutte contre les risques.  Information et sensibilisation des personnels, aménagements des locaux en vue d’améliorer la sécurité, formation des personnels exposés.

Prévention et investissements :

La prévention des risques doit s’accompagner d’une analyse de la valeur. Ainsi le professionnel détermine les investissements adaptés à la fois à l’amélioration de la sécurité et de la santé au travail mais aussi à l’augmentation de valeur apportée à la clientèle. Ainsi le DUER en restauration n’est pas synonyme de dépense mais de réflexion constructive pour une amélioration globale de l’entreprise.

Références :

Exemple de document unique élaboré en collaboration entre la confédération des professionnels (CPIH) et les services de santé au travail de la Région Poitou-Charentes (APST) : http://www.asstv86.fr/contenus/uploads/2015/07/DUERP-secteur-Restauration-Traditionnelle.pdf

Union des métiers et des industries de l’hôtellerie : http://www.umih.fr/fr/solutions-pro/gerer-son-entreprise-au-quotidien/evaluer-les-risques-professionnels/index.html

INRS : https://www.inrs.fr/metiers/commerce-service/restauration.html