Le fait-maison est une pratique de la restauration traditionnelle. C’est donc au cours de la formation permis d’exploitation que le sujet est abordé au regard de la notion de délit de tromperie.

Le fait-maison : une garantie de qualité

Depuis 2014, au restaurant ou chez le traiteur, le label « fait-maison » est synonyme de cuisine préparée sur place. En effet, c’est avec des produits bruts et donc dans une recherche qualitative que le savoir faire du cuisinier s’exprime. C’est donc un gage de  fraîcheur, de goût, et de  valeur ajoutée…

Ainsi que pour le consommateur, il apporte une garantie. Garentie associé à l’image d’une cuisine de tradition, artisanale et de recherche gastronomique.

Pourtant pour le professionnel, cette mention permet de valoriser le savoir-faire, les bonnes pratiques et une démarche qualité. Le « fait maison » constitue un attrait et donc un avantage concurrentiel. C’est un élément de marketing fort, légitimé par un label officiel.

Conditions de fabrication du fait-maison

Notamment les produits bruts utilisés pour du « fait maison » doivent être achetés crus. Ils doivent alors n’avoir subi ni transformation, ni assemblage (donc sans additif), ni cuisson.

C’est ainsi que le consommateur obtient l’assurance qu’il ne mange pas de plats issu de l’industrie agroalimentaire.

Enfin, une liste limitative de produits de base (huile, lait, fromage, œufs, etc.) existe.  Ils sont des exceptions à cette règle de base.

La fabrication sur place exclut donc la cuisine centrale. Toutefois, les traiteurs peuvent  recourir à la mention « fait maison ». cela à condition d’avoir cuisiné dans leurs propres locaux, même si le service se fait ailleurs.

Réglementation du fait-maison, rappelée au permis d’exploitation

La mention « fait maison » ainsi que le logo qui lui est attaché sont définies par la loi sur la consommation du 17 mars 2014.

Apposés sur la porte, sur un panneau, sur le menu ou sur le site internet de l’établissement. Leur usage donne lieu à des contrôles par les autorités. En cas d’abus, les restaurateurs s’expose à des pénalités. Des pénalités prévues par le code de la consommation pour tromperie et publicité mensongère.

Références :

Le site d’information officiel de la mention « fait maison ».

Association française des maîtres restaurateurs

Site ZenChef